Gafsa 2019-12-31T02:52:04+00:00

ESPACE RÉGIONS


GAFSA


Présentation générale
Superficie 7 807 km²
(soit 5% de la superficie totale de la Tunisie)
Nombre de délégations 13
Population 337 331
Densité de la population 43.2 habitants/km
Taux d’accroissement naturel 0.51%
Situation Géographique Le gouvernorat de Gafsa se situe dans le secteur sud de l’Atlas saharien au sud-ouest de la Tunisie et jouit d’un emplacement géographique spécifique. En effet, la région est une zone de passage entre les pays du Maghreb arabe (la Libye et l’Algérie) et les pays africains à travers la route saharienne actuellement en construction (Tunisie-Algérie et Niger par Gafsa-Hezoua).
Gafsa est un carrefour entre 5 gouvernorats de 100 km de rayon (Tozeur, Kébili, Sidi Bouzid, Kasserine et Gabès) et relie le Nord du pays à son Sud à travers des routes principales. Elle relie également l’Est avec l’Ouest en ayant une ouverture sur les frontières algériennes et constitue une séparation entre les plaines et le désert de la Tunisie.
Le gouvernorat est subdivisé en quatre principales zones naturelles : les hautes steppes qui englobent les délégations de Sidi Aich, Gafsa Nord et Sned ; les oasis qui regroupent les délégations Gafsa Sud, El Ksar et El Guetar ; le bassin minier qui est constitué par les délégations Redeyef, Om El Araies, M’dhila et Metlaoui ; et la zone montagneuse qui couvre la délégation de Belkhir.
Indicateurs socioéconomiques
Taux de chômage année 2014 26.3%
Nombre d’emploi / Tissu industriel tunisien 2.5% du nombre total des actifs occupés
Secteurs clés historiques Industrie : Phosphate brut, acide phosphorique
Agriculture : Oliviers, dattes, maraichage
Secteurs clés d’aujourd’hui Industrie : phosphate brut, Triple Super Phosphate acide phosphorique, engrais, huile d’olive
Agriculture : Oliviers, amandiers, pistachiers, plantes médicinales, miel
Nombre d’entreprises 99 entreprises ayant 10 emplois ou plus
Montant investissements 236 282 (MD)
Investissement Privé 61%
Investissement Public 20.6%
Secteur immobilier / total des investissements 39%
Secteur IAA / total des investissements 16.6%
Secteur des industries manufacturières 82.5%
Secteur ITH / total des investissements 4.15%
Agriculture et pèche 6.16%

En 2015, le tissu économique privé au gouvernorat de Gafsa était composé de 11 887 entités toutes tailles confondues. Ce nombre était légèrement plus élevé en 2010 avec 11 972 entités.

Ces entités employaient 25 862 personnes en 2015 et réalisaient un chiffre d’affaires déclaré de 800 millions de dinars. Ce chiffre d’Affaires était de 712 millions de dinars en 2011.

À fin 2016, le Fonds de Reconversion et de Développement des Centres Miniers (FRDCM) a financé 160 projets, dont 23 durant les 5 dernières années (2 projets en 2016). L’ensemble de ces projets se répartissent à concurrence de 41% dans le secteur de l’industrie, 38% dans le secteur des services, 15% dans l’agriculture et 6% dans le tourisme et l’artisanat. En termes de répartition géographique, 62% des projets sont implantés à Gafsa, 16% à Metlaoui et 7% à Om El Araies. Toutefois, parmi ces 160 projets uniquement 100 sont opérationnels.

Depuis 2012 et jusqu’à juin 2017, la BTS a financé 796 projets dont 59% ont été créés depuis début 2016. Ces projets ont permis de faire travailler 1786 personnes. La répartition des projets financés selon le secteur d’activité est comme suit : Services 46% ; Petits métiers 49% ; Agriculture 5%.

Secteur Industriel Privé

Le tissu industriel du gouvernorat de Gafsa compte 99 entreprises en 2017 employant près de 4 482 personnes (contre 82 entreprises en 2012 pour 7 100 personnes employées), soit près de 7% de l’ensemble de la population active de la région.

La composition de ce tissu est comme suit :

  • Secteur des Industries agroalimentaires représentant 39,4% des entreprises industrielles de la région avec un taux d’employabilité de 17,6%.
  • Secteur des Industries textiles et habillements représentant 25,6% des entreprises industrielles de la région avec un taux d’employabilité de 46,5%.
  • Secteur des Industries électriques, électroniques et de l’électroménager représentant 1% des entreprises industrielles de la région avec un taux d’employabilité de 20,8%.
  • Secteur des Industries chimiques et de caoutchouc représentant 10,1% des entreprises industrielles de la région avec un taux d’employabilité de 2,4%.
  • Secteur des Industries des matériaux de construction, céramiques et verres représentant 7,1 % des entreprises industrielles de la région avec un taux d’employabilité de 3,6.
  • Secteur des Industries mécaniques et métallurgiques représentant 5% des entreprises industrielles de la région avec un taux d’employabilité de 2,6%.
  • Secteur des Industries de bois, du liège et de l’ameublement représentant 5% des entreprises industrielles de la région avec un taux d’employabilité de 2%.

Le nombre des entreprises par 10 000 habitants est égal à 2,59 ce qui correspond à la moitié de la moyenne nationale (égale à 5). Ceci reflète la faiblesse du tissu économique industriel.

Le chiffre d’affaires, toutes filières confondues, généré en 2016 par l’ensemble des entreprises industrielles est de 409 millions de dinars, dont environ 300 millions de dinars générés par l’industrie textile et habillement.

Le nombre des entreprises privées totalement exportatrices est égal à 24 implantées principalement à la délégation de Gafsa Sud avec 15 entreprises. Ces entreprises emploient 2 919 personnes dont 2 432 sont des femmes.

Depuis 1998, seules 23 entreprises ont adhéré au Programme National de Mise à Niveau [PMN] dont 16 appartiennent à l’Industrie du textile et habillement (filière confection) et 3 à l’Industrie agroalimentaire (minoterie, dattes et huilerie). Par contre, sur l’ensemble des 54 huileries dans la région, 1 seule a adhéré au PMN et seulement 2 entreprises sont certifiées dans le gouvernorat (Yazaki – ISO TS 16949 et OHSAS-14001 et Zairi dattes – ISO 9001 et ISO 22000).

Secteur Agricole Privé 

La ressource hydrique est la principale problématique de l’agriculture pour la région, et toutes les ressources en eau mobilisées sont totalement exploitées.

    • Les cultures céréalières à Gafsa, majoritairement en sec (8 700 ha), produit 0,8 T/hectare pour une moyenne nationale de près de 1,3 T/hectare. En bonne année pluvieuse, la production globale en blé dur de la région ne dépasse pas les 85 000 T soit au maximum 1,5% de la production nationale.
    • Les cultures maraichères concernent près de 10 000 hectares avec un sol adapté à certaines spéculations comme la tomate, la pomme de terre ou la laitue. Ces cultures sont totalement exploitées en irrigué. La culture de la pomme de terre semble avoir donné des résultats probants avec des possibilités de transformation et de valorisation multiples. C’est aussi le cas de la tomate. La production globale de cultures maraichères est de l’ordre de 162 500 T/an dont 80% proviennent de la culture irriguée.
    • L’agriculture biologique est en croissance, la surface cultivée atteint 3 091 hectares dont 1 391 ha d’oliviers, 159 ha de pistachiers, 87 ha d’amandiers et 5 ha de vignes, etc.
    • L’exploitation agricole offre un véritable potentiel de développement pour la région à condition de la concentrer sur les spéculations qui y sont adaptées, qui lui offre un avantage comparatif. Ces spéculations concernent principalement :
      • L’olive, l’amande, la pistache, la vigne et la pêche pour l’arboriculture ;
      • La pomme de terre, la tomate et la laitue pour les maraichages ;
    • L’activité d’élevage est non négligeable dans la région de Gafsa qui dispose de 8 centres de collecte de lait pour une capacité de 187 000 l/j. Ces données justifient que l’élevage soit un vecteur de développement important pour une région dont l’espace de pâturage équivaut à 56% de l’ensemble de la Surface Agricole Utile. Seulement, avec un faible taux de pluviométrie, ce large espace ne permet pas de subvenir aux besoins en alimentation. En année pluvieuse, le pâturage participe à plus de 10% de ces besoins. En année sèche, ce taux peut régresser à 5% d’où la problématique du coût de l’élevage dû principalement aux besoins alimentaires.
      Le petit élevage de chèvres est une activité pratiquée par les agriculteurs de certaines régions du gouvernorat. Ces chèvres sont présentes dans des pâturages sauvages et donc ne constituent pas une charge significative. Le lait produit par ce cheptel est très mal exploité compte tenu de l’absence de collecteurs et encore moins d’unité de transformation. L’agriculteur se trouve parfois contraint de se débarrasser de la quantité de lait qui dépasse sa propre consommation. La collecte et la production de dérivées du lait de chèvre pourraient être d’un grand apport aux agriculteurs de la région.
    • L’exploitation des Plantes Médicinales et Diététiques est propice aux conditions climatiques et géographiques de la région (montagnes, aridité, sol…). Le développement de la filière des plantes médicinales et diététiques peut contribuer favorablement au développement agricole de la région.
    • L’exploitation de l’apiculture, avec 243 apiculteurs ayant plus de 4 000 ruches, assure actuellement une production annuelle moyenne de 40 T/an. Selon les estimations des structures régionales, le nombre des ruches va plus que doubler à moyen terme.

Secteur des Services 

      • Le secteur des services marchands se compose de 3 361 entités calibrées sur les besoins basiques de la demande locale. L’offre de services liés au système productif reste faible et est formée principalement de cabinets d’études, de cabinets de formation et de cabinets de tenue de comptabilité.
      • Le secteur de transport se compose de 914 entités pour le transport des personnes et de 28 pour le transport des marchandises dont 4 seulement emploient plus de 10 personnes. Le développement de ce secteur est largement associé au développement de la région.
      • L’existence de 121 entrepreneurs, dont un en Voiries Réseaux Divers [VRD], est une composante essentielle pour la construction d’installations industrielles.
      • Le secteur du tourisme dans la région dispose de deux unités hôtelières classées 5 étoiles d’une capacité de 600 lits et de 4 unités classées 2 étoiles et d’une capacité de moins de 200 lits. Ces unités sont considérées comme des hôtels de ville et restent insignifiantes pour faire de Gafsa une véritable destination touristique bien qu’elle dispose d’un véritable potentiel sur le plan culturel et loisir. Sites et vestiges historiques jonchent le gouvernorat relatant son histoire. Un climat hivernal doux, un paysage montagneux spécifique, un bassin minier historique, une oasis, etc. sont des atouts pour le développement d’un tourisme oasien dans la région.

Les IDE au gouvernorat de Gafsa sont limités à 2 projets : 1 dans les industries électriques, électroniques et de l’électroménager [IEEE] (Yazaki) et l’autre dans industrie agroalimentaire [IAA](PRIMED).

Cette part en IDE n’a cessé de diminuer durant les six dernières années et pour cause, un environnement dégradé, un manque de loisir et une insuffisance d’infrastructure.

1- Les zones industrielles

Le Pôle de Compétitivité de Gafsa « PCG » a la charge d’aménagement et de construction des espaces industriels dans les zones industrielles ainsi que la création d’une technopole. À ce jour, nous pouvons recenser 11 zones industrielles insuffisamment occupées puisqu’entre les zones industrielles de Aguila et de Metlaoui seulement 23 lots sont occupés sur 75, soit environ 31% :

  • ZI El Aguila 1 : 30 ha ;
  • ZI El Aguila 2 : 20 ha dont 10 ha aménagées ;
  • ZI Metlaoui : 14 ha ;
  • ZI M’dhilla : 25 ha ;
  • ZI El Guettar : 5 ha en cours d’aménagement ;
  • ZI à Redeyef : 25 ha, en cours d’aménagement ;
  • ZI à Sened : 15 ha, en cours d’aménagement ;
  • ZI à Belkhir : 7 ha, en cours d’aménagement ;
  • Technopole de Gafsa : 100 ha, est en cours d’étude.

2-Infrastructures

    • Le réseau routier est relativement dense (3398 km) et majoritairement composé de pistes agricoles (2820 km représentant 83%) avec alors que le réseau des routes nationales ne dépasse pas 8% (260 km) et celui des routes régionales 2% (72 km).
    • Le réseau ferroviaire compte 388 km et est principalement destiné au transport du phosphate. Il est à noter que ce transport est sujet de plusieurs perturbations depuis 2011. Une autre partie de ce réseau est destinée à l’activité touristique (le Lézard Rouge) mais délaissée et non entretenue.
    • Ports à proximité : Le gouvernorat de Gafsa peut être desservi par le port de Gabes qui est respectivement à une distance de 160 km.
    • L’aéroport international de Gafsa a une superficie de 50 hectares et une capacité de 200 000 passagers/an avec comme principale destination la capitale « Tunis ». Cependant durant les dernières années, le taux d’exploitation de l’aéroport n’a pas dépassé 3,2% avec 6345 passagers en 2015 et 4760 passagers en 2014. Depuis 2017, l’aéroport est fermé pour l’entretien de ses pistes d’atterrissage.
  • La télécommunication est caractérisée par les données suivantes :
    • Nombre d’abonnés (téléphone fixe) : 30 836
    • Densité téléphonique : 85 %
    • Nombre de bureaux de poste : 41
    • Nombre de centres publics de télécommunication : 260
    • Centre de travail à distance : 4 dont 2 à Gafsa ville, un à Métlaoui et un à Redeyef
    • Centres électroniques de télécommunication : 22
  • Les Médias : Radio Gafsa, Radio La voix des Mines « Sawt El Manajem », Radio Capsa Fm, Tunisie Bondy Blog

3-Ressources humaines et recherches

    • Formation Professionnelle (FP) : Gafsa dispose d’un système intégré de FP constituée de 3 centres de formation professionnelle :
      • Le centre de la formation professionnelle de Gafsa à Aguila : capacité 950 apprenants,
      • Le centre de formation et d’apprentissage El Ksar Gafsa (en arrêt pour restructuration),
      • Le centre de formation professionnelle agricole Gafsa : capacité 120 apprenants.

Spécialités dans le centre de formation professionnelle Aguila Gafsa (en alternance)

BTP Capacité d’accueil
Technicien en maintenance industrielle

Technicien en informatique industrielle

Technicien en maintenance des micros système informatique

Technicien en climatisation et refroidissement commercial

Technicien en mécanique auto

Technicien en mécanique des engins

80

40

 

40

60

 

60

80

CAP Capacité d’accueil
Agent mécanique auto essence diésel

Agent électricien mécanique

Agent de maintenance en climatisation

Agent en énergétique et plomberie sanitaire

40

120

40

20

Source : Direction Régionale de la Formation Professionnelle et de l’Emploi

Spécialités dans le centre de Formation Professionnelle Agricole Gafsa

Formation Continue Capacité d’accueil / an
Elevage bovin

Aviculture

Cuniculture

Apiculture

Elevage Cailles

Arboriculture fruitière

Plantes aromatiques et médicinales

Floriculture

200

25

25

20

25

25

20

20

Source : centre de Formation Professionnelle Agricole Gafsa

  • FP privée : formation en relation avec les petits métiers et le secteur des services
      • Le nombre des écoles privées de FP inscrit s’élève à 32 instituts
      • Le nombre des instituts de formation continue est de 27 cabinets
      • Le nombre d’apprenants en cours de formation initiale dépasse 450 jeunes.
  • 8 écoles privées assurent une formation homologuée dans 7 spécialités à savoir : comptabilité des entreprises, formalités douanières, informatique de gestion, réseaux informatiques, jardins d’enfants, secrétariat et multimédia. Les niveaux d’instruction offerts sont CAP, BTP et BTS via un diplôme homologué. Ces écoles assurent un flux d’apprenants annuel de 180 jeunes.
  • 184 établissements d’enseignement de base.
  • 25 collèges et 36 lycées pour 31 629 élèves où l’encombrement moyen est de 24 élèves par salle.
  • Le pôle universitaire formé de 9 établissements d’enseignement supérieur d’une capacité de plus de 16 000 étudiants dans des disciplines scientifiques, économiques, littéraires, technologiques et d’ingénierie informatique.
  • 3 cyberparcs réalisés à Metlaoui, Redeyef et Oum Laraies appartenant au PCG. Gafsa dispose également de 2 cyberparcs au centre-ville sous la tutelle du Ministère des Technologies de l’Information et de la Communication.

PRINCIPALES STRUCTURES D’APPUI A L’INVESTISSEMENT PRIVE :

  • Centre d’Affaire de Gafsa
  • Pôle de Compétitivité de Gafsa « PCG »
  • Chambre de Commerce et de l’Industrie du S.O « CCISO »
  • Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation « APII »
  • Agence de Promotion des Investissements Agricoles « APIA »
  • Commissariat Régional du Développement Agricole « CRDA »
  • L’Office de Développement du Sud « ODS »
  • Direction Régionale de la Formation Professionnelle et de l’Emploi
  • Office National de l’Artisanat « ONA »
  • Direction de l’Essaimage à la Compagnie des Phosphates de Gafsa
  • La Compagnie des Phosphates de Gafsa « CPG »
  • Sociétés Mutuelles de Services Agricoles (SMSA)
  • Les Groupements de Développement Agricoles (GDA)v
  • Fonds de Reconversion et de Développement des Centres Miniers « FRDCM »
  • Banque de Financement des Petites et Moyennes Entreprises « BFPME »
  • Banque Tunisienne de Solidarité « BTS »
  • L’Union Régional de l’Agriculture et de la Pêche
  • Union Tunisienne pour l’Industrie, le Commerce et l’Artisanat « UTICA »
  • CONNECT

LES PROGRAMMES D’APPUI AU SECTEUR PRIVE REGIONAL (NATIONAUX ET INTERNATIONAUX)

  • Le Programme de Mise à Niveau
  • Le Programme National de la Qualité
  • Le Fonds de Promotion des Exportations – FOPRODEX
  • Le Fonds d’Accès aux Marchés d’Exportation – FAMEX
  • Projet d’Appui à la Compétitivité de la chaîne de valeur du secteur textile et habillement « COM-TEXHA »
  • Projet de Développement Agricole Intégré de Gafsa Nord (PDAI)
  • Programme d’Appui au Développement des Zones Défavorisées (AZD) financé par l’Union Européenne (UE).

Localisation

Nos partenaires